Illustration : méthodologie du commentaire de texte

Le commentaire de texte est un exercice imposé à de nombreux étudiants dans le cadre de leur cursus universitaire. Lorsque j’enseignais à la fac’, certains de mes étudiants avaient tendance à penser qu’il s’agissait d’un exercice facile, qui dispensait d’étudier le cours magistral. Tout ce qui doit être commenté était dans le texte, non ? Grosse erreur !

Le commentaire de texte demande bien entendu la connaissance du cours auquel le texte se rapporte. En effet,  un bon commentaire va plus loin que la simple présentation du contenu de celui-ci. Il convient donc de restituer un certain nombre d’informations complémentaires, comme les cadres historiques et géographiques pertinents, l’identité de l’auteur et les données le concernant qui peuvent éclairer sa position dans le texte, etc.

Sachant cela, il faut ajouter qu’il faut restituer toutes ces informations dans les formes requises. Il faut une introduction, des titres, des sous-titres, une conclusion et des paragraphes structurés, argumentés et cohérents.

La méthodologie du commentaire de texte que je vais vous présenter ici répond aux exigences spécifiques des facultés de droit. Toutefois, elle peut s’appliquer également dans les matières où aucune règle particulière contradictoire n’entre en jeu.

Préparer le commentaire de texte

Dire qu’il faut commencer par lire le texte est, je pense, inutile, car tout le monde s’en doute. Je tiens cependant donner quelques petits conseils pour rentabiliser au maximum cette phase du travail. Ceci est très utile lorsque, par exemple, vous devez rédiger le commentaire en un temps limité.

Prise de contact avec le sujet

Ce moment est important, car il va vous permettre de cerner le thème du texte et d’identifier l’auteur. Généralement, le thème est en rapport avec la matière du cours. Il est donc important d’avoir celui-ci en tête pour rattacher directement l’extrait à la matière étudiée.

C’est maintenant qu’il faut faire le point sur ce que vous savez de l’auteur et de l’extrait. Les informations qu’il faut connaître répondent aux questions suivantes :

  • qui : présentation de l’auteur ;
  • quand : date de rédaction du texte et contexte historique pertinent ;
  • quoi : nature et présentation du texte (titre de l’ouvrage, contenu, position de l’extrait au sein de l’ouvrage, intérêt de l’étude de ce texte, etc.) ;
  • pourquoi : but du texte ;
  • comment : portée du texte.

Veillez bien à ne donner que des informations pertinentes pour le commentaire du texte.

Analyse du texte

Prenez le temps de souligner les mots importants, d’entourer les conjonctions de coordination qui donnent des renseignements très importants sur l’argumentation de l’auteur (mais, donc, car, or, etc.), de relever les grandes articulations du texte de façon générale. Prenez également quelques notes sur un brouillon, notamment à propos de la structure du texte et des éléments qui vous semblent à première vue importants.

Les mots importants doivent être repris, définis et/ou expliqués dans le commentaire. Tout cela doit se faire du point de vue de l’auteur. S’il a une définition particulière d’un concept, il faut reprendre cette définition et, pourquoi pas, l’opposer et la comparer à la définition habituelle dudit concept.

Le relevé des mots importants et des articulations du texte permet la mise en avant des notions clés et du mode de raisonnement de l’auteur. Ces notions, et leur ordre d’apparition dans le texte, sont importantes, car elles pourront, le cas échant, servir pour la construction du plan.

Élaboration du plan

Le plan, nous y voici justement. La première étape pour le construire est, comme je viens de le dire, d’isoler les notions clés et de les hiérarchisées : les plus importantes peuvent devenir des parties, celles qui le sont un peu moins, des sous-parties.

L’ordre dans lequel vous allez faire apparaître ces idées peut varier : vous pouvez suivre le raisonnement de l’auteur, mais également placer les concepts dans un ordre chronologique. Vous pouvez également créer un plan thématique différent de celui du texte, du moment que vous arrivez à justifier votre choix, et tant que votre justification tient la route…

Combien de parties faut-il faire ? J’ai envie de dire que cela dépend des textes. L’idéa, c’est de se limiter à 2 ou 3 parties maximum, quitte à regrouper plusieurs idées importantes entre elles (attention : ce regroupement doit être logique et justifié). Pour les sous-parties, la règle est la même. Notez que vous n’êtes pas obligés d’avoir à chaque fois le même nombre de sous-parties par partie.

La rédaction du commentaire de texte

La rédaction est un moment délicat, car la tentation est parfois grande de tomber dans la paraphrase. Et la paraphrase, comme je disais à mes étudiants, c’est le mal.

De façon générale, il faut soigner son vocabulaire en choisissant avec soin ses mots (être sûr que l’on en connaît le sens exact !), en évitant les redondances et en utilisant des synonymes. Le mieux est d’écrire au présent et de veiller à l’orthographe, la grammaire et la ponctuation. Les paragraphes doivent être séparé par un saut de ligne et débuter par un alinéa.

Rédaction de l’introduction

L’introduction est la présentation du texte, de son auteur, du thème de l’extrait. Elle est également l’annonce de l’analyse élaborée dans le corps de texte.

Reprenez les informations relevées lors de la prise de contact avec le texte et répondez aux questions que nous avons identifiées (sauf la portée dans le cas où vous avez à rédiger une conclusion). Les idées doivent s’enchaîner logiquement et avoir comme but la mise en avant de la problématique du texte, à laquelle votre commentaire va répondre. Si vous avez du mal à la formuler, écrivez votre problématique sous forme de question. Ensuite, insérez l’annonce de votre plan (juste les parties, pas besoin d’annoncer les sous-parties maintenant).

Rédaction du corps de texte

Le corps de texte est composé de deux éléments : l’introduction des sous-parties et les contenus des sous-parties.

L’introduction des sous-parties se fait juste après l’énoncé du titre de la partie. Elle peut être courte, du moment qu’elle annonce convenablement les idées que vous allez développer.

Les contenus des sous-parties comportent deux types d’éléments. Vous y présentez les idées que vous avez relevées dans l’extrait et vous les commentez. Votre commentaire peut contenir diverses informations : explication de la position de l’auteur (pourquoi pense-t-il cela ?), critique de ses idées (est-il en accord avec son temps ? si oui, en quoi ? sinon, pourquoi ?), etc.

Rédaction des titres

S’il vous est demandé de mettre des titres aux parties et sous-parties, plusieurs règles s’appliquent :

  • Le titre ne doit pas être trop long ;
  • Il doit être clair et sa lecture doit nous éclairer sur le contenu de la partie ou de la sous-partie à laquelle il se rapporte ;
  • Généralement, on ne met pas de verbe conjugué dans un titre.

Rédaction de la conclusion

La conclusion d’un commentaire de texte n’est pas toujours requise (notamment en droit), mais quand vous devez en rédiger une, c’est le lieu idéal pour parler de la portée du texte. Vous y présenté le devenir du texte après sa rédaction, ses conséquences historiques. C’est également ici que vous allez montrer si oui ou non les buts de l’auteur lors de la rédaction ont été atteints.

Crédits photographiques : © lil_foot_ – Pixabay.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.