La curation de contenu peut se définir comme une surveillance du web ciblée. Concrètement, il s’agit de réunir toutes les informations relatives à un ou plusieurs thèmes donnés, en un seul en droit, de façon à les rendre exploitables pour votre activité. Au vu de la quantité d’informations disponibles sur Internet, cela peut donner l’impression d’être une tâche fastidieuse et chronophage. Oui, bien sûr, à moins d’utiliser les bons outils dont votre écrivain public va vous parler dans cet article.

La curation : un processus en trois étapes

La recherche d’informations sur le web se déroule presque comme une recherche en bibliothèque. On commence par ouvrir le catalogue au thème qui nous intéresse, on regarde quels ouvrages, quels auteurs en traitent et ensuite on fait le tri. On garde ceux qui faut autorité, on met de côté ceux qui sont obsolètes (sauf en cas d’approche historique du sujet, bien entendu !), on oublie ceux qui racontent absolument n’importe quoi. Une fois que cela est fait, on épluche les éléments conservés et on utilise les informations récoltées pour notre travail personnel ou pour les insérer dans une publication, dans un cours… Bref, on les partage.

Eh bien, si ce n’est un changement de moyens, la curation web se rapproche très fortement de ce travail en bibliothèque. En effet, la curation de contenu va passer par ses trois étapes :

  • Collecte
  • Analyse
  • Utilisation

La collecte des informations : des outils pour une curation efficace

Il existe plusieurs outils, gratuits ou payants, disponibles pour faire de la curation soi-même. Certains lui sont particulièrement dédiés, d’autres ont un intérêt plus vaste.

Les outils permettant notamment de faire de la curation

    • Les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ permettent en effet de faire bien plus que simplement partager des articles ou des liens grâce aux fameux hashtags, mais aussi avec des outils plus spécifiques comme les listes Twitter ou les cercles Google+. Dans les deux cas le mode de fonctionnement est à peu près le même puisqu’il s’agit d’ajouter des personnes dans une liste ou un cercle pour suivre leurs publications.
    • Les flux RSS : ce sont peut-être les plus anciens moyens de faire de la curation sur le web. Ces flux, disponibles sur de nombreux sites encore aujourd’hui, doivent être récupérés manuellement et intégrés dans un agrégateur qui va ensuite vous permettre de visualiser les dernières publications des sites que vous suivez. L’un des agrégateurs les plus utilisés est Netvibes.
    • Google Alerts : comme son nom l’indique, cet outil permet de créer des alertes sur des thèmes sélectionnés. Les résultats vous sont transmis soit via un flux RSS que vous intégrez à votre agrégateur, soit par e-mail.

Page d'accueil de Google Alerts

Les outils spécialement dédiés à la curation

Il existe plusieurs outils dédiés à la curation, mais je vais me contenter ici de ne parler que d’un seul, le plus simple à mon sens pour débuter dans ce domaine : Scoop.it. Mais si celui-ci ne vous convient pas, tournez vers Pearltrees.com ou encore paper.li.

Scoop.it

Scoop.it existe en version gratuite ou payante. Dans sa version gratuite, il permet de créer une liste de curation automatique. C’est ce petit « automatique » qui rend le site vraiment pratique pour un débutant.

Pour effectuer une curation sur un thème donné, il vous suffit de choisir les mots que vous désirez suivre. Voius pouvez ainsi créer un thème très vaste à l’aide de mots génériques, qui vont englober de nombreux résultats pas toujours pertinents, ou choisir des vocables plus précis pour cibler au mieux votre thème de curation.

L’analyse des informations

Maintenant que vous utilisez les moyens cités ci-dessus pour trouver des contenus, le travail le plus long va être leur analyse. Internet regorge en effet des données, d’articles, de documents vidéos et le plus difficile est de faire le tri entre ce qui présente un intérêt pour vous et ce qui ne mérite pas votre attention.

Ce qu’il faut se dire en premier lieu, c’est que mieux votre outil de curation sera calibré, mieux vos mots seront bien choisis, plus le travail sera facile, car le pourcentage de résultats non pertinents ira en diminuant.

Il est également important de ne pas se montrer trop gourmand. Si vous êtes seul pour faire ce travail, que personne dans votre entreprise ne peut s’y consacrer à plein temps ou que vous n’avez pas les moyens de faire appel à une agence spécialisée, il va falloir faire le tri dans les thèmes pour lesquels vous voulez collecter des informations. Pensez également à ne pas multiplier les outils de curations. Choisissez-en un comme Scoop.it qui travaille de manière automatique. Il vous suffit alors d’y consacrer un peu de temps le matin pour éplucher les suggestions qu’il vous fait et sélectionner les résultats qui vous intéressent. Vous pouvez alors directement les publier sur les réseaux sociaux si votre but est de partager ces informations avec vos clients, fans et autres followers.

L’utilisation des données récoltées

Les utilisations qui peuvent être faites des données récoltées par la curation sont nombreuses. J’ai déjà évoqué le partage sur les réseaux sociaux, mais il y en a d’autres. En effet, votre travail de curation peut servir de base à la rédaction d’articles pour votre blog ou vous servir à faire le point sur les actualités de vos concurrents.

Besoin d’aide ou de plus de conseils ?

Voilà, notre petit tour d’horizon de la curation est terminé. Si vous désirez en apprendre d’avatange ou recourir au service de votre rédactrice web pour effectuer cette tâche, n’hésitez pas à nous contacter en remplissant le formulaire de contact disponible sur notre site.

Ludivine Périlliat-Godbille