[Dossier] Ecrire un mémoire : la phase de rédaction

La rédaction du mémoire commence lorsque la problématique est choisie et le plan détaillé structuré. Les fiches de lecture sont toutes remplies et il est temps d’en faire quelque chose.

Rédaction mémoire = fiches de lecture + plan détaillé

Mettre ses idées en place

C’est un peu succinct, mais c’est ça. Si vous avez bien travaillé vos fiches de lecture et votre plan, la rédaction du mémoire n’est qu’une mise en texte de ces éléments.

L’idée est de reprendre vos fiches de lecture une par une et d’en ressortir la liste des idées développées par les auteurs. Ensuite, vous prenez votre plan détaillé et vous y rangez ces idées une à une. Votre plan va alors se remplir petit à petit, chaque partie acquérant du contenu.

Identifier de nouvelles questions

En plus de mettre les idées à leur place, rédiger votre mémoire de cette façon va faire apparaître des éléments intéressants. Par exemple :

  • Que deux auteurs ont des avis totalement divergents sur l’un des aspects de votre sujet. Vous pourrez alors creuser le pourquoi, le comment, essayer de trouver quelle position a été reprise par la postérité ou oubliée…
  • Que certains aspects n’ont été abordés par personne, ou à tout le moins pas récemment. Vous pouvez vous demander pourquoi, si c’est parce que la question a été définitivement tranchée ou parce que rien ne permet de relancer une réflexion sérieuse à son propos. Peut-être aussi que les enjeux du sujet ont changé et que donc ce point est devenu sans importance.

Remplir le puzzle qu’est votre plan détaillé va donc vous permettre d’aller plus loin. La rédaction de votre mémoire devient alors plus qu’un simple état des connaissances sur votre sujet. Vous allez découvrir de nouvelles questions, de nouveaux enjeux. Tout cela va enrichir votre réflexion et votre mémoire.

Recommencer depuis le début pour répondre aux nouvelles questions ?

Ces différentes questions nées de la mise en place de vos idées doivent idéalement recevoir une réponse. Elle peut découler de votre capacité d’analyse et de jugement. Mais la réponse peut aussi être ailleurs, et vous devez la trouver afin de boucler avec brio la rédaction de votre mémoire.

En effet, la réponse que vous cherchez peut relever du contexte historique, politique ou géopolitique. C’est pour cela, par exemple, que je recommandais dans mon précédent article de prendre le temps de se renseigner sur le contexte qui entoure un auteur. Lorsque l’on écrit, on est toujours tributaire d’un contexte qui peut influencer certaines positions ou empêcher de soulever certaines questions. On est également tributaire de son caractère, de ses croyances et de ses opinions. Cela se remarque plus ou moins fort chez les auteurs. Certains sont très tributaires de leur milieu, d’autres arrivent à s’en détacher. D’autres encore poursuivent un but politique ou ont des croyances qui les empêchent d’envisager certains aspects du sujet. Vous devez en tenir compte du mieux que vous pouvez lorsque vous présentez leurs idées dans votre mémoire.

Les erreurs à éviter pendant la rédaction d’un mémoire

Une fois que le plan est rempli, les idées organisées, les nouvelles questions solutionnées, la rédaction du mémoire au sens strict commence. Vous transformez tout cela en phrases. Idéalement, elles ne sont pas trop longues, bien tournées et claires. Les idées sont abordées logiquement et leur enchaînement fait apparaitre une argumentation, une réflexion, qui permettra de répondre à la problématique.

Cette phase est difficile, en ce qu’elle dépend grandement de votre capacité à écrire un texte argumenté. Au fil des ans, de votre parcours scolaire et de vos études, vous avez développé un style rédactionnel. Ce style vous est propre et il m’est difficile de donner des conseils globaux à son propos. Aussi, je vais me contenter d’aborder 4 points essentiels.

La citation des sources

Citer ses sources est une nécessité absolue, sous peine d’être accusé de plagiat. Vous devez donc :

  • Mentionner les auteurs auxquels vous empruntez des idées, en renvoyant les lecteurs vers l’ouvrage et la page où l’auteur en question développe cette idée
  • Faire clairement ressortir les passages repris d’autres ouvrages, afin de bien faire comprendre aux lecteurs que ces mots ne sont pas de vous

La citation de sources se fait généralement par une note de bas de page, indiquant l’oeuvre dont sont tirés vos propos. De plus, pour les citations, des règles de mise en formes précises doivent être respectées.

Faire du copier-coller depuis Internet

J’ai déjà eu l’occasion d’aborder ce sujet dans un article consacré à l’usage de Wikipédia par les étudiants. Et rien n’a changé depuis : les copier-coller depuis Internet sont et restent du plagiat. Les textes diffusés en ligne ne sont pas nécessairement libres de droits et, même dans ce cas, vous les approprier n’est pas éthique. Aussi, si vraiment vous souhaitez reprendre un passage d’un article de blog ou d’une page web, vous devez faire comme pour les ouvrages et indiquer votre source.

Se relire

Relisez vous, qu’ils disaient. Relisez-vous ! Ou faites-vous relire. La première version d’un mémoire est toujours truffée de problèmes :

  • Fautes d’orthographe et de grammaire
  • Incohérences (notamment quand on réécrit un paragraphe et qu’on ne vérifie pas si cela affecte la cohérence de la partie qui le contient)
  • Marques de révision (les surlignages jaunes, les “A VERIFIER” écrits en gros, en gras et en rouge…)
  • Les numérotations des parties si on a fait quelques changements
  • Les redites et les phrases incomplètes
  • Les légendes et titres manquants pour les illustrations
  • Etc.

Négliger la forme

La forme est essentielle. Si votre mémoire présente mal, qu’il ne respecte pas les exigences ces de votre université, si la typographie est illisible, les titres mal mis en avant, la bibliographie absente, la page de titre repoussante, quelle que soit la qualité de votre rédaction, votre mémoire va pâtir de ces défauts.

Je reviendrai d’ailleurs sur la question de la forme dans mon prochain article. Cette étape étant souvent la dernière dans le processus de rédaction d’un mémoire, elle est généralement faite à la va-vite, peut devenir un véritable casse-tête et être la cause de nuits blanches. Aussi, je prendrai le temps de faire le point sur ce que la structuration d’un mémoire exige.

Crédits photographiques : image par congerdesign de Pixabay

Dernières publications

[Dossier] Ecrire un mémoire : la phase de relecture

Lorsqu'on en arrive à la phase de relecture d'un mémoire, on est généralement soulagé, heureux d'être…
Poursuivre la lecture

[Dossier] Ecrire un mémoire : la mise en forme

La mise en forme d'un mémoire est une étape importante qui mettra en valeur le contenu…
Poursuivre la lecture
Illustration : dossier - écrire un mémoire - la problématique et le plan

[Dossier] Ecrire un mémoire : la problématique et le plan

La problématique et le plan sont les deux éléments clés de votre mémoire. Leur formulation peut…
Poursuivre la lecture