Comprendre et construire son CV


J’ai déjà eu l’occasion de parler des CV sur ce blog. Il faut dire que c’est une de mes prestations d’écrivain public les plus demandées par les particuliers. J’ai récemment aborder la question de la rédaction d’une lettre de motivation et d’un CV lorsqu’on n’a pas de diplôme.

Toutefois, je n’avais pas encore aborder concrètement la construction d’un CV. Or, c’est ce que la plupart d’entre vous recherchez : comment faire un bon CV ? Comment faire en sorte que son CV “plaise” aux recruteurs ? J’aborderai ces sujets dans un article ultérieur. Avant cela, je vais faire le point sur ce qu’est un CV : qu’est-ce qu’un CV ? Comment le construire ? Que dire et que cacher ? Autant de questions dont les réponses sont absolument essentielles pour écrire un CV efficace.

Comprendre le CV

Le CV, ou curriculum vitae est un document détaillant votre parcours et vos compétences acquises. Le plus souvent, il reprend des informations personnelles, votre parcours scolaire et votre parcours professionnel. Enfin, on peut y trouver les langues maîtrisées et certaines personnes y ajoutent leurs centres d’intérêt

A quoi sert un CV ?

Nous utilisons les CV pour postuler à un emploi, mais également pour constituer le dossier d’un concours, d’une formation ou pour obtenir certaines subventions et certifications.

Quelles sont les attentes des recruteurs ?

Votre objectif est d’obtenir un poste et celui du recruteur est de le donné à celui ou celle qui présente le profil le plus profitable pour l’entreprise. Le recruteur attend de vous que vous présentiez les compétences professionnelles requises, mais il est également attendu de vous que vous soyez « un bon employé ». J’entends par là que même si vous êtes un excellent électricien, ou une excellente informaticienne, si vous êtes toujours en retard ou incapable de vous entendre avec vos collègues, par exemple, ça va être compliqué.

Votre CV, ainsi que de votre lettre de motivation, doit présenter les différentes facettes de votre profil. Vous devez montrer vos compétences et expériences correspondant à l’emploi visé, mais également toute autre compétence ou expérience qui montre que vous serez un bon élément pour cet entreprise, que vous ne freinerez ni ne perturberez son fonctionnement, bien au contraire.

L’entretien d’embauche

Petite digression, lorsque l’on interroge les recruteurs, deux des choses les plus importantes sont la ponctualité et le dynamisme. Toutefois, cela ne concerne pas le CV, mais l’entretien d’embauche. Donc, même avec un très bon CV, si vous arrivez en retard à l’entretien et que celui ne se déroule pas bien, cela peut se retourner contre vous. Mais je ne suis pas une spécialiste des entretiens d’embauche, donc je me permets de vous renvoyer vers d’autres sites traitant mieux du sujet que moi :

  • Le site cadremploi.fr, qui déborde de ressources sur le sujet
  • L’express.fr qui a consacré plusieurs articles au sujet

Ceci étant dit, que va regarder le recruteur dans votre CV ?

  • La mise en page et la qualité de langage : consciemment ou non, il va être impacté par la présentation de votre CV et pas la qualité de votre expression.
  • Les compétences professionnelles dont il a besoin : il va rechercher dans vos expériences professionnelles et vos formations les éléments qui lui permettent de savoir si vous correspondez au profil recherché.
  • La qualité de vos expériences et diplômes : ensuite, une fois qu’il sait que vous avez le bon profil, il va se pencher sur votre parcours, notamment vos expériences professionnelles. Il se peut qu’il en vérifie l’exactitude. Il peut le faire a priori, ou cela peut être mis sur la table lors de l’entretien avec le jury.

L’impact des nouvelles technologies : le réseautage, les réseaux sociaux et les moteurs de recherche

Les nouvelles technologies ont des impacts très variés sur l’appréhension d’une candidature par le recruteur.

Il y a d’abord l’apport technique : certains recruteurs numérisent les CV et utilisent des logiciels se basant sur des mots-clés pour identifier rapidement les CV pertinent.

Là où vous allez également sentir l’impact des nouvelles technologies c’est au travers du réseautage et des réseaux sociaux, et des moteurs de recherches de façon plus générale.

Les réseaux sociaux et les moteurs de recherche

Pour ces derniers, lorsque la personne en charge de la sélection des candidats pour un poste et de l’examen de leurs CV, il n’est pas impossible qu’il entre votre nom sur Google, FaceBook ou LinkedIn. C’est notamment pour cela qu’il est essentiel de rendre privés ses profils, et de distinguer présence professionnelle et présence personnelles sur Internet.

Le réseautage

Pour le réseautage, Internet est un lieu où celui-ci est grandement facilité. LinkedIn, par exemple, peut vous permettre d’entrer en contact avec des personnes de votre milieu professionnel. Après, il faut oser : aller parler à des personnes que l’on ne connaît pas, ce n’est pas simple pour tout le monde. Mais constituer un réseau, se faire connaître, peut aider. Cela vous permet de trouver des appuis et de découvrir des opportunités bienvenues.

Les nouvelles technologies n’impactent pas directement l’impression que va donner votre CV à un recruteur, mais cela va impacter l’image qu’il a de vous en voyant que vous disposez d’un réseau professionnel sérieux.

Les différentes formes de CV

Il existe deux grandes formes de CV : le CV chronologique et le CV thématique. Il est également possible de faire un CV mixte, et en pratique un CV est très souvent mixte.

Sans surprise, un CV chronologique reprend votre parcours et l’acquisition de vos compétences par ordre chronologique, alors que le CV thématique va les regrouper au sein de catégories. Le CV mixte va, par exemple, regrouper chronologiquement vos expériences à l’intérieur de catégories thématiques.

Les conséquences du mensonge et des incohérences

Si votre employeur s’en rend compte du mensonge après votre recrutement, il peut estimer que malgré ça, vous faites le job : il n’a rien à redire sur vos qualités, vous vous êtes parfaitement intégré dans l’entreprise, vous avez un impact positif sur son fonctionnement… Dans ce cas-là, il peut choisir de poursuivre sa collaboration avec vous. Attention tout de même, ce sera différent dans le cadre d’une profession règlementée si par exemple, vous ne disposez pas du diplôme requis pour l’exercer.

De façon générale, si la fraude est trop importante, votre employeur peut vous licencier. Et là, l’impact sur votre image au sein de la profession va être fortement impactée. Mentir n’est donc absolument pas conseillé. 

Quant aux incohérences, elles vont vous desservir également. D’autant plus, qu’elles peuvent être plus facilement relevées dès la lecture du CV. Ces incohérences peuvent être involontaires : il n’empêche qu’elles peuvent jouer contre vous. Il est donc important de les identifier et de les corriger.

Construire son CV

Se lancer sans préparation dans la rédaction de votre CV est le moyen idéal pour rendre la tâche longue, fastidieuse et énergivores. Aussi, faire le point sur sa construction avant de le remplir constitue un vrai gain de temps et d’efficacité. Je vous propose donc de procéder par ordre :

  1. Se demander ce que l’on doit, ce que l’on veut, indiquer dans son CV
  2. Choisir la bonne forme de CV : chronologique, thématique ou mixte
  3. Organiser et travailler séparément les différentes parties du CV : le titre, l’accroche, le corps du CV
  4. Mettre le tout en page

Que doit-on indiquer dans un CV ?

Votre CV doit contenir trois choses, qui doivent presque sauter aux yeux du recruteurs lorsqu’il l’ouvre : vos compétences, votre formation et vos expériences.

A partir de là, quelques conclusions peuvent être tirées :

  • Vous pouvez mettre de côté vos jobs étudiants et autres jobs alimentaires sans rapport avec votre profession actuelle.
  • Vous pouvez mettre de côté également les loisirs et talents cachés sans rapport avec votre profession actuelle.
  • Enfin, mettez de côté la mention de votre école primaire et de votre collège, par exemple. Ces informations n’ont aucune pertinence.

Choisir la bonne forme de CV

Le CV est soit chronologique, soit thématique, soit mixte. Il débute par un titre et une courte présentation.

Ma préférence personnelle va au CV thématique car il permet de mieux mettre en avant les éléments importants, à savoir vos compétences, vos formations et vos expériences.

Organiser les différentes parties de son CV

Prenons les choses dans l’ordre :

Le titre.

Le titre du CV est un bon moyen de dire directement au recruteur pourquoi vous candidatez et pourquoi vous êtes celui qu’il lui faut. Il est donc important de le rendre à la fois court et pertinent.

Les informations personnelles

Il est habituel de mettre une photo en début de CV et d’indiquer certaines informations personnelles. Il est important que celles-ci soient pertinentes. On peut être tenté d’y porter différentes mentions :

  • Nationalité
  • Situation familiale
  • Permis de conduire
  • Son âge ou année de naissance
  • Adresse postale.
  • Son adresse mail : pensez à créer une adresse pro si ce n’est pas déjà fait, parce que le_daredevil_du_39 ou jojo29150 ça ne fait pas très sérieux.
  • Numéro de téléphone.

Mais est-ce une bonne idée ? Je vous conseille de lire cet article de Cadre Emploi, qui est très instructif.

J’en retiens principalement que l’âge, la nationalité et la situation familiale font partie des critères de discrimination liés au travail. Il n’y a aucune obligation de les mentionner, surtout lorsque le risque de discrimination est plus grand (jeune maman ou senior par exemple…) Vous pouvez aller plus loin en ne mentionnant pas les années d’obtention de vos diplômes ou en ne mentionnant que les expériences professionnelles de ces 10-15 dernières années.

L’âge, la nationalité et la situation familiale peuvent entrainer des #discriminations à l’embauche. Avez-vous arrêté des les mentionner dans vos #CV ?

Le permis de conduire quant à lui n’est à mentionner que si cela à un intérêt pour l’emploi visé.

Le corps du CV.

Le corps du CV est constitué des catégories thématiques qui vont le mieux présenter votre profil au recruteur. Je vais prendre l’exemple du CV d’un musicien professionnel pour illustrer mes propos.

  • La formation. 
  • Les expériences. Commencez par choisir les expériences les plus pertinentes et organisez-le de façon à ce qu’elles présentent encore mieux. Vous avez fait plusieurs remplacements dans des orchestres ? Jouer dans différents types d’ensembles ? Vous pouvez les utiliser comme catégories : trio/quatuor/musicien du rang/deuxième chef d’attaque… Ce qui est certain, c’est que mettre vos expériences de musicien aux seins d’ensemble est plus intéressant, dans l’optique du concours d’orchestres par exemple, que de mentionner vos expériences de professeur de musique, même si vous êtes un excellent pédagogue.
  • Les autres compétences 

Comment gérer les catégories d’un CV thématique ?

La structure la plus fréquente des CV thématiques est « Formations/Expériences/Autres compétences », ce qui revient, en gros, à ne faire qu’un CV chronologique à l’envers. Or, il est possible d’imaginer d’autres approches. Je reprend l’exemple du musicien qui souhaite obtenir une place dans un orchestre.

Exemple :

Formation musicale
Expériences Orchestres
Expériences Musique de chambre
Formations musicales en France
Formations musicales à l’étranger
Expériences de violoniste du rang
Expériences de violon cosoliste
Expériences de chef d’attaque des seconds violons

Gérer les trous et les échecs dans une carrière

Les trous

Votre parcours scolaire ou professionnel peut comporter des trous. Période de chômage, maladie, année sabbatique… Il y a mille raisons qui peuvent expliquer ces trous. Certains sont considérées comme socialement plus acceptables, à tort ou à raison. Mais dans tous les cas, il faut être en mesure de les gérer.

Vous pouvez par exemple les aborder dans une section « Informations complémentaires ». L’idéal est alors de mentionner des expériences vécues pendant ces « trous » qui vous ont permis de développer des compétences pertinentes. 

  • Vous pouvez dire que vous avez choisi de faire un tour du monde pour vous confronter à d’autres cultures et d’autres musiques.
  • Vous avez choisi de faire du bénévolat pendant quelques mois, ce qui fait de vous une personne altruiste et intègre.
  • Pour un congé parental, vous avez choisi de vous focaliser sur l’éducation de votre enfant en bas-âge pour lui donner le meilleur départ possible dans la vie. Maintenant qu’il est plus grand, vous souhaitez vous investir professionnellement à 100 %.
  • Pour une maladie, un burn-out ou une dépression, déjà vous pouvez simplement mentionner que vous n’avez pas travaillé pour raison de santé : vous n’avez aucune obligation de dire de quoi vous avez souffert. Ensuite, cela vous a appris la combativité et la patience. Ne rien lâche, avancer et continuer, toujours.

Les échecs

Les échecs ne sont pas directement visibles dans un CV. Ce qui va ressortir, par exemple, c’est une expérience professionnelle qui n’a pas duré plus de quelques mois. Mais, comme vous n’y indiquez pas le motifs de cette courte durée, le recruteur ne saura pas si c’était un CDD court, un déménagement ou une faute professionnelle qui se cache là-derrière.

Par contre, il peut vous questionner sur ce point pendant l’entretien d’embauche ou en apprendre plus sur cette expérience en contactant votre ancien employeur. Vous pouvez aussi aborder le sujet dans votre lettre (ou e-mail) de motivation si vous pouvez en tirer quelque chose de positif et de pertinent.

La mise en forme du CV

La longueur du CV

On dit souvent qu’un CV ne doit pas faire plus d’une page, qu’un recruteur prend rarement plus de 30 secondes pour le lire. 

Être concis est important. Mais je crois que lorsque cela reste pertinent, dépasser une page pour un CV pour un concours n’est pas une catastrophe. Par contre, au-delà de deux, ça fait beaucoup.

N’oubliez pas que la mise en page compte. Donc ça ne sert à rien de choisir une police en taille 8 pour réussir à tout caser sur une page, au motif qu’il ne faut pas plus d’une page. 

Garder en tête de présenter un CV correctement et de limiter votre contenu à ce qui est pertinent. Vous ne pouvez pas faire moins qu’une page et demie ? Tant pis, ce n’est pas grave (sauf si vous avez reçu une consigne claire disant « pas plus d’une page »).

Les couleurs du CV

La sobriété est mère de vertu. On peut comprendre qu’un graphiste accorde une importance toute particulière au design de son CV. Ça y ajoute une dimension particulière pertinente. Pour les autres cas de figure, ça a rarement un sens. Des couleurs vives pour mettre en avant les catégories, des polices originales… outre l’impact que cela va avoir sur la lisibilité du CV, cela peut être interprété comme un manque de professionnalisme et de sérieux. Autant donc en rester à quelque chose de sobre.


Image par Oli Lynch de Pixabay 

Des prestations de correction sur mesure pour auteur(e)s et maisons d’édition

Les prestations de correction sont très prisées des auteur(e)s et maisons d'édition. Pour mieux répondre à…
Poursuivre la lecture

Ecrivain public pour professionnels du droit

Pixiplume collabore avec les professionnels du droit : avocats, huissier et experts. Elle vous propose une…
Poursuivre la lecture

[Dossier] Ecrire un mémoire : la phase de relecture

Lorsqu'on en arrive à la phase de relecture d'un mémoire, on est généralement soulagé, heureux d'être…
Poursuivre la lecture