Je reçois réguièrement des courriers relatifs au métier d’écrivain public, émanant de personnes désireuses de se lancer dans cette voie professionnelle. Comme il m’est difficile de répondre à toutes les demandes, voici une synthèse des questions posées habituellement par les personnes désirant devenir écrivain public.

  • Que fait exactement un écrivain public ?
  • Faut-il suivre une formation particulière pour devenir écrivain public ?
  • Faut-il des compétences particulières pour devenir écrivain public ?
  • Comment avez-vous démarré votre activité d’écrivain public ?
  • Comment vous êtes-vous fait connaître en tant qu’écrivain public et auprès de qui ?
  • Au bout de combien de temps avez-vous eu vos premiers clients pour vos prestations d’écrivain public ?
  • Quelles sont les prestations d’écrivain public que vous avez réalisées au démarrage (les plus demandées) ?
  • Quelles sont vos prestations d’écrivain public qui connaissent du succès ?
  • Votre activité d’écrivain public vous occupe-t-elle à temps complet ?
  • Comment avez-vous fixé le montant de vos prestations d’écrivain public ? Avez-vous pratiqué des tarifs préférentiels au démarrage ?
  • Avez-vous pu vivre de votre activité décrivain public dès la première année ?

Que fait exactement un écrivain public ?

Un écrivain public… écrit. Mais pas uniquement, surtout si l’on double cette activité avec de la rédaction web. Mais si vous vous concentrez sur la partie écrivain public de mon activité, vous verrez qu’elle contient de la rédaction, de la réécriture, de la correction et de la transcription de texte, mais également du coaching rédactionnel et, dans mon cas particulier, du coaching scolaire. Il est en effet possible d’intégrer dans des prestations d’écrivain public de nombreuses choses, du moment qu’elles tournent autour de l’écrit.

Faut-il suivre une formation particulière pour devenir écrivain public ?

Il existe des formations spécifiques d’écrivain public, mais pour ma part je n’en ai suivie aucune. Juriste de formation, mon diplôme en droit s’est avéré largement suffisant pour devenir rédactrice professionnelle. Mais je pense, que même sans diplôme littéraire, il est possible de se lancer dans cette profession du moment que l’on dispose d’une aisance à l’écrit et d’un bon niveau de français.

Faut-il des compétences particulières pour devenir écrivain public

Comme dit ci-dessus, il faut, pour devenir écrivain public, des compétences rédactionnelles, à savoir une bonne maîtrise de la langue française et une certaine aisance à l’écrit. Il faut également de la rigueur, de la patience et de l’autodiscipline pour travailler efficacement seul et assurer le maintien de son entreprise. Celle-ci a d’ailleurs besoin de compétences de gestion et d’organisation pour se maintenir et de compétences relationnelles pour voir sa clientèle se développer et pérenniser.

Comment avez-vous démarré votre activité d’écrivain public ?

J’ai démarré mon activité après des mois de réflexion, avec l’aide de Pôle Emploi et le soutien de mes proches.

En janvier 2014 j’ai procédé à la création de mon autoentreprise, mais le projet de devenir écrivain public est né courant 2012. J’ai pris tout le temps de ma grossesse, de mon congé maternité et de mon congé parental pour réunir toutes les informations nécessaires pour me lancer, pour réaliser une étude de marché, analyser les perspectives financières, etc.

Comment vous êtes-vous fait connaître en trant qu’écrivain public et auprès de qui ?

Une fois l’autoentreprise sur pied, j’ai créé ce site web, je me suis inscrite dans les pages jaunes et j’ai débuté une première campagne de démarchage par e-mail. Je me suis inscrite sur les réseaux sociaux, j’ai alimenté mon blog et c’est tout car financièrement, je ne pouvais pas me permettre d’autres formes de publicité.

Dans le cadre du démarchage, j’ai visé des collectivités locales et de petites entreprises de mon département. Dans le cadre des réseaux sociaux, je me suis plutôt adressée aux particuliers.

Au bout de combien de temps avec-vous eu vos premiers clients pour vos prestations d’écrivain public ?

J’ai eu mon premier client 6 semaines après le lancement de Pixiplume, et mon deuxième client à peine quelques semaines plus tard. Par contre, pour le 3e, j’ai attendu le mois de septembre !

Quelles sont les prestations d’écrivain public que vous avez réalisées au démarrage (les plus demandée) ?

J’ai débuté par de la réécriture et de la correction avec mon premier client, de la rédaction web avec le deuxième. Après, j’ai rédigé des C.V. et des documents internes pour une entreprise.

Quelles sont les prestations d’écrivain public qui connaissent du succès ?

Par ordre décroissant d’importance : rédaction web, réécriture et correction, lettres de motivation et C.V., rédaction print, rédaction pour étudiants (rapport de stage, mémoire, etc.), transcription.

Votre activité d’écrivain public vous occupe-t-elle à plein temps ?

Tout dépend de ce que vous entendez par l’occupation. Je travaille 22h par semaine car je dois concilier mon activité avec ma famille. Ces 22h, au moins au début, sont toutes dédiées à mon activité mais pas nécessairement à des clients puisqu’il faut y intégrer le temps passé à l’entretien du site web, la publication d’articles sur le blog, leur partage sur les réseaux sociaux, la gestion des campagnes d’e-mailing, etc.

Comment avez-vous fixé le montant de vos prestations d’écrivain public ? Avez-vous pratiqué des tarifs préférentiels au démarrage ?

J’ai commencé par faire un tour du voisinnage en me rendant sur des sites d’écrivains publics. J’ai fait un petit tableau reprenant leurs tarifs, leurs compétences, leur ancienneté, etc. J’ai évalué le salaire que je voulais me dégager par rapport au temps de travail que je m’accordais. J’ai ensuite défini un tarif horaire pour mes prestations d’écrivain public.

Avez-vous pu vivre de votre activité d’écrivain public dès la première année ?

Non, clairement pas. La première année mes revenus annuels ont à peine couvert les dépenses annuelles de mon mari en carburant pour se rendre à son travail. Mais en même, pour une première année, ce n’est pas si mal. Il faut du temps pour constituer sa clientèle.

Vous avez d’autres questions sur le métier d’écrivain public ? N’hésitez pas à me contacter en remplissant le formulaire de contact disponible sur ce site ou en posant directement votre question dans l’espace discussion.