Ecrire pour le web ? N’écrit-on pas sur Internet comme on écrit dans la vie ? Quels sont les enjeux ? Les règles qui s’appliquent ? Pour reprendre le fil de ce blog en 2018, j’ai décidé de publier une série de petits articles traitant de la rédaction web. A vous, public averti, je n’apprendrai rien.

Non, mon objectif est tout autre : faire le point sur ce que nous expliquons encore et encore à nos clients qui, n’étant pas familier de notre travail, se posent parfois mille questions. Mon but est donc de présenter quelques notions simples, facilitant la compréhension entre rédacteurs/rédactrices web et clients.

Ecrire pour le web : toutes ces petites choses qui créent un lien entre vous et les internautes

Lorsqu’un internaute arrive sur votre site web, par la page d’accueil ou une page plus profonde, la première chose qu’il voit, c’est votre contenu. Il voit les graphismes de votre site, ses couleurs, les images et tout autre élément visuel composant vos pages. Mais il y a également le contenu rédactionnel. D’ailleurs, s’il a commencé par une recherche sur un moteur de recherche tel que Google, le premier contact s’est fait avec vos contenus écrits : titre de la page et métadescription.

Soigner son écriture web, soigner son image

Aussi, ces éléments, leur qualité, sont fondamentaux :

  • Les contenus sont là pour donner envie de cliquer, d’accéder à votre site, de le visiter ;
  • Vos textes et illustrations doivent renvoyer une bonne image de vous ;
  • Ils sont essentiels pour mettre en confiance, faire sentir votre fiabilité, votre sérieux, votre professionnalisme, votre expérience, votre connaissance de votre domaine d’activité, etc.

Pour que cela fonctionne, il faut que tous vos contenus web répondent à ces exigences. Un texte de grande qualité dans une interface peu lisible et/ou d’apparence vieillotte, n’incitera pas les internautes à demeurer sur votre site, ni à y faire des achats, par exemple. Et l’inverse est vrai aussi. Un site aux visuels très réussis, mais avec des contenus légers, mal rédigés, ne donnera pas une bonne image de vous à vos prospects, qui risquent grandement d’aller voir ce qu’offre la concurrence.

Faire bonne impression pour favoriser le « clic »

Votre site doit donc inciter au clic : le titre dans les résultats de recherche doit donner envie de cliquer dessus. C’est ce que l’on appelle un call-to-action. Il faut pousser l’internaute à agir, à cliquer. Comment ? En le convainquant que cela va lui permettre d’accéder à l’information, au produit, au service qu’il recherche. Autrement dit, en lui promettant un résultat à forte valeur ajoutée. Voilà pourquoi savoir écrire pour le web est important.

La semaine prochaine : Du call-to-action à la conversion – Transformer un prospect en client

 

Crédits photographiques : (c) Julia Tim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.