Ah la dissertation ! Un exercice que mes étudiants croyaient souvent maîtriser, qui avait leur préférence par rapport au commentaire de texte, mais qui s’avérait, au final, dévastateur. Trop souvent perçue comme un exercice où il suffit de donner son avis dans une forme un peu codifiée, la dissert’ est en réalité une épreuve qui demande des connaissances, des facultés de compréhension et d’analyse transversale, une maîtrise précise de sa méthodologie et une capacité à argumenter.

Disserter sur un sujet ? Pour quoi faire ?

L’intérêt de la dissertation n’est pas toujours bien perçu par les étudiants. Ceux que j’ai côtoyés pendant mes années d’enseignement à la fac’ y voyaient avant tout un exercice destiné à faire le tri et à mettre en échec la majeure partie d’entre eux. Pourquoi demander des dissert’ alors que l’on pourrait poser des questions théoriques sur les matières étudiées ? Des questions qui ne demandent qu’une restitution bête et méchante des connaissances emmagasinées ? Ma réponse était alors invariablement la même. Elle l’est encore aujourd’hui : parce que nous ne formons pas des robots capables de fournir des informations apprises par cœur. Nous formons des citoyens, de futurs acteurs de notre société, dotés de sens critique, de capacités à analyser et à réfléchir. Et la dissertation est l’un des moyens classiques de faire travailler votre matière grise pour atteindre ce but.

La dissertation présente en effet des caractéristiques essentielles au développement d’une pensée structurée, cohérente et solide :

  • Ses règles de forme vous obligent à structurer vos propos, donc à découper et à classer vos idées
  • Elles vous apprennent également à vous soumettre à des directives, chose que nous devons tous être en mesure de faire
  • La présence d’une problématique vous force à définir une ligne de réflexion à laquelle vos développements vont devoir répondre afin de rester cohérent sur l’ensemble de l’exercice
  • Cette même problématique nécessite une réponse argumentée, vos idées doivent donc ne pas être simplement énumérées, mais expliquées et justifiées
  • Parce qu’elle est écrite, la dissertation vous oblige à travailler votre orthographe, votre grammaire et votre style rédactionnel

La dissertation : organiser son temps, analyser le sujet et formuler la problématique

Infographie : comment rédiger une dissertation ?

Maintenant que vous savez pour quelles raisons il vous est impossible d’échapper à cet exercice académique, il est temps de nous pencher sur la dissertation en elle-même. Je vais donc aborder les questions suivantes :

  • L’organisation du temps (car il est souvent demandé de rédiger la dissert’ dans un temps imparti)
  • L’analyse du sujet
  • La formulation de la problématique

Organiser son temps pour rendre la dissertation dans le délai imparti

La plupart des universités donnent, lors des partiels ou examens, 4h aux étudiants pour rédiger leur dissertation. Il est donc essentiel d’avoir autre chose qu’un brouillon illisible à rendre une fois que la cloche sonne. Pour y parvenir, il ne s’agit pas de commencer à son rythme puis d’accélérer lorsque l’on voit que l’on a déjà dépassé les 2h de travail. L’idéal est, au contraire, d’identifier les étapes de la dissertation et de donner à chacune d’elles un temps dans lequel elles doivent être réalisées. Il faut donc répartir vos tâches dans le temps.

Mais concrètement, ça donne quoi ?

Il est bien clair que cette répartition n’est pas nécessairement la même pour tout le monde. Là où certains peuvent aller plus vite dans l’analyse du sujet, d’autres seront plus à l’aise avec la rédaction qui leur demandera moins de temps. Pour connaître votre rythme, il n’y a qu’une seule solution : l’entraînement. C’est pour cette raison que j’ai toujours conseillé à mes étudiants de prendre l’habitude de rédiger, dès le début de l’année scolaire, leurs dissertations en 4h. Il faut alors se chronométrer afin de voir là où ils sont les plus lents et là où ils sont les plus rapides. Bien entendu, il est possible de donner une idée générale de la répartition des étapes de la dissert’ pour avoir, dès le début, des indications utiles et ne pas être laissé à son propre sort :

  • Prise de contact avec le sujet : 25 minutes
  • Élaboration du plan : 30 minutes
  • Rédaction de l’introduction : 15 minutes
  • Mise au propre de l’introduction : 5 minutes
  • Rédaction des parties : 120 minutes (40 minutes par parties s’il vous en faut trois ; 60 minutes par partie s’il vous en faut deux)
  • Mise au propre des parties : 20 minutes
  • Rédaction de la conclusion : 10 minutes
  • Mise au propre de la conclusion : 5 minutes
  • Relecture : 10 minutes

Au risque de me répéter, tout ceci n’est qu’indicatif. S’il y a une chose à respecter, ce sont les proportions. Ainsi, il n’est pas question que la rédaction d’une partie prenne moins de temps que la rédaction de l’introduction. Si tel est le cas, il y a un souci quelque part. Avez-vous assez de matériel pour remplir votre partie ? Si non, votre plan est-il réellement pertinent et équilibré ? N’avez-vous pas commencé à répondre à votre problématique dans votre introduction ?

Analyser le sujet de dissertation

Retenez bien ceci : le sujet de dissertation qui vous est soumis est nécessairement en lien avec les matières étudiées en cours. Même si l’exercice va plus loin qu’une simple restitution de ce qui a été appris, la dissertation a comme objectif de vérifier si vous avez acquis les connaissances nécessaires pour valider votre année. Ainsi, si votre cours portait sur l’Antiquité romaine, et que votre dissertation s’intitule « La citoyenneté », pensez à parler principalement de la citoyenneté dans la Rome antique. Vous pouvez y apporter des connaissances relatives à d’autres citoyennetés comme la citoyenneté grecque antique ou la citoyenneté européenne. Toutefois, la comparaison doit être  pertinente et apporter quelque chose à votre analyse. Mais pensez bien, surtout, à parler de votre cours. Cette remarque ne vaut évidemment pas pour les concours où les choses peuvent être, et sont bien souvent, très différentes.

La prise de contact avec le sujet va donc d’abord consister à vous remémorer les points de votre cours où vous avez entendu parler, de près ou de loin de votre sujet. Vous devez également identifier les éléments qui présentent un rapport, proche ou lointain, avec eux. Enfin, vous aurez à faire le tri entre ces informations  et à les classer par ordre d’importance. Cet ordre de travail est essentiel. Si pour une raison ou une autre, vous n’avez pas le temps de parler de tous les éléments qui se rapportent au sujet, vous devrez mettre de côté ceux qui présentent un degré d’importance faible. Distinguez les éléments essentiels du sujet des exemples. Ceux-ci sont toujours les bienvenus dans une dissertation. Cependant, une dissertation n’est pas une liste d’exemples, c’est une analyse théorique ou historique d’un sujet donné.

Formuler la problématique

Le plan ne peut être élaboré qu’après la formulation de la problématique

Pourquoi ? Tout simplement parce que le plan est la réponse à la question que vous vous posez à propos du sujet qui vous est soumis. Sans la question, il n’y a pas de réponse, il n’y a pas de plan. C’est une question de cohérence, il faut commencer par le commencement : la problématique.

La formulation de la problématique dépend de la formulation du sujet de la dissertation

Vous pouvez formuler votre problématique de différentes manières. Voici comment procéder pour trouver celle qui vous convient:

1 Une fois le type de sujet identifié, il faut repérer quels sont les mots-clés qu’il contient et faire le point sur vos connaissances à leur propos. Posez-vous les questions classiques : Qui ? Pourquoi ? Comment ? Quand ? Quels rapports ? Quels liens ? Quelles conséquences ? Quelles définitions ? Les questions sont nombreuses, je ne vais pas toutes vous les lister ici, mais vous avez compris le principe, vous devez analyser votre sujet sous tous les angles possibles.

2 Une fois que cela est fait, servez-vous de tout ce que vous avez noté sur votre brouillon pour reformuler le sujet sous un nouvel angle. Y a-t-il vraiment une citoyenneté romaine ? Tous les Romains sont-ils citoyens ? La citoyenneté est-elle l’essence même de la romanité ? En quoi la citoyenneté républicaine diffère-t-elle de la citoyenneté impériale ?

Fin de cette première partie

Parce que la dissertation est un sujet important pour tous les étudiants, j’ai décidé de diviser cet article en deux parties pour m’assurer qu’il soit complet sans être trop indigeste.

Dans le prochain épisode, j’aborderai les questions relatives à l’élaboration du plan et à la rédaction de l’introduction et du corps de texte. Un gros morceau en perspective donc. En attendant, n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions ou si vous avez besoin d’aide pour l’un de vos devoirs !

Crédits photographiques : (c) bernardbodo – Fotolia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.