Cartes cognitives, cartes mentales, cartes heuristiques, cartes conceptuelles, mind maps… Mais de quoi s’agit-il exactement ? Tous ces termes, donc certains recouvrent les mêmes outils, sont des aides pour organiser et structurer un discours ou des données ; pour mémoriser des informations ; pour faite le point sur vos connaissances dans un domaine particulier. Petit tour d’horizon…

Une carte cognitive, c’est ça :

Une carte mentale à propos des cartes cognitives réalisées par votre écrivain public
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Si les cartes mentales (mind map en anglais) vous sont familières, alors l’image ci-dessous suffit pour prendre connaissance du contenu de cet article. Dans le cas contraire, et si vous désirez apprendre à en réaliser, je vous conseille de poursuivre votre lecture.

La carte cognitive : définition et typologie

Définition des cartes cognitives

En tant qu’écrivain public, je suis une fervente adepte des cartes mentales. Je le suis d’ailleurs depuis longtemps, car j’ai appris à les réaliser lorsque j’étais encore à l’école, avant même de rentrer à l’université.

Les cartes mentales, ou cartes heuristiques, sont un type de cartes cognitives. Ces dernières peuvent être définies comme des représentations graphiques de connexions sémantiques existant entre différents concepts. Autrement dit, ce sont des graphiques mettant en relation des notions selon une certaine logique.

Typologie des cartes cognitives

Il existe en effet deux types de cartes cognitives :

  • Les cartes mentales, subjectives et radiantes
  • Les cartes conceptuelles, objectives et linéaires

Les distinctions que l’on peut faire entre les deux catégories de cartes touchent à la fois au fond et à la forme. En effet, les cartes mentales sont des cartes subjectives, c’est-à-dire qu’elles reflètent la logique personnelle de leurs auteurs. Au contraire, les cartes conceptuelles obéissent à une logique objective, indépendante de leurs auteurs. Il s’agit, par exemple, des cartes présentant l’organisation d’une société avec les liens de contrôle et de tutelle qui s’exercent entre ses différentes composantes.

L’autre différence habituelle entre les deux types de cartes cognitives est visuelle. La carte mentale, étant la représentation graphique d’un cheminement de pensée au départ d’un thème unique, est dite radiante, car elle ressemble à un soleil. La carte conceptuelle est plutôt linéaire, car elle déroule, de haut en bas, une structure, une procédure.

Parce que ma démarche vise à apporter une aide pour organiser et structurer une pensée personnelle, je vais centrer la suite de mon propos sur les cartes mentales qui trouvent bien plus d’intérêts et d’applications dans ce domaine que les cartes conceptuelles.

Avantages et applications des cartes mentales

La force de la carte mentale est qu’elle est à la fois un outil et un résultat. Aussi, je traite de ses avantages et de ses applications au même endroit, car il est impossible de les dissocier complètement.

Les principaux avantages des cartes mentales sont :

  • Organisation et visualisation des données
  • Analyse et compréhension des données
  • Hiérarchisation et tri des données
  • Aide à la mémorisation des données
  • Aide à la réutilisation des données

Concrètement, lorsque des étudiants sont confrontés à un cours magistral, les choses se passent généralement de la manière suivante : ils prennent note autant que possible de ce que dit le professeur. Celui-ci peut parler vite, sans se répéter. Il peut avoir tendance à faire des digressions plus ou moins utiles, peut manquer de cohérence ou de clarté. Les notes des étudiants sont souvent une transcription littérale des propos du professeur et sont par conséquent peu adaptées pour l’apprentissage réel de la matière et pour son étude en vue des examens et partiels.

Pour toutes ces raisons, les étudiants doivent reprendre leurs cours une fois chez eux et élaborer les fameuses fiches de révisions. C’est là que la carte mentale intervient : elle est à la fois le moyen d’établir une fiche de révision utile et la fiche de révision elle-même. La carte que j’ai réalisée pour cet article m’a permis d’ordonner mes connaissances quant aux cartes cognitives. Elle est également la fiche que je peux garder sous la main pour me souvenir de ce que sont ces cartes, pour rédiger un article à leur sujet…

Voilà donc tout l’intérêt des cartes mentales/fiches de révisions. Une fois que vous avez revu votre cours, réorganisé son contenu, il vous suffit de mettre votre carte de côté pour la ressortir au moment des révisions.

Mais ce n’est pas tout ! Il reste un dernier avantage non négligeable à la technique des cartes mentales : elle est presque idéale pour élaborer le plan d’une dissertation. Placer le thème de votre sujet de dissertation au cœur de votre feuille blanche et déroulez autour de lui vos idées comme je l’ai fait plus haut et vous verrez petit à petit le plan de votre dissertation se dessiner sous vos yeux, les idées de vos sous-parties et paragraphes prendre forme logiquement.

Elle n’est pas belle la vie d’un étudiant qui sait créer des cartes mentales ?

Les cartes mentales peuvent vous être utiles, même si vous n’êtes pas des étudiants !

Au-delà des dissertations, la technique des cartes mentales est utile pour de nombreux exercices de rédaction : thèse, rapport de stage, commentaire de texte, mémoire de fin d’études, etc. Mais également pour des écrits qui sont sans rapport avec les études : mémoires professionnels, conférences, communiqués de presse, dossiers de presse, etc.